Être bête

 

Sculpture évolutive, actuellement 200cm x 70cm. Depuis 2006.
Poils de chien, fil beige.

Être bête invente un protocole de co-réalisation et délègue à un événement non maîtrisable (la mort de mes chiens) le choix de sa forme définitive.
Au fur et à mesure du brossage de mes chiens, je roule leurs poils en boule pour les coudre les unes aux autres. Cette sculpture-recouvrement est une tentative fusionnelle de métamorphose impossible, une volonté effrénée de faire corps avec ma meute.
Cette mue à enfiler interroge la possibilité d’une humanité-animale et notre capacité à faire confiance ou à museler notre nature instinctuelle.